Icon in the shape of a positively progressing stock graph. Icon in the shape of a closed book. Icon in the shape of a paper with pencil hovering over it. Icon in the shape of stacked list of images with text beside them Icon in the shape of a circle with the Twitter bird in the middle. Icon in the shape of a checkmark Icon in the shape of a magnifying glass Icon in the shape of a label tag Icon in the shape of an item list Icon in the shape of an arrow in clockwise direction Icon in the shape of a left pointing arrow Icon in the shape of a right pointing arrow Icon in the shape of a man's head and a woman's head Icon in the shape of a pie chart with the top right quarter offset from the rest Icon in the shape of four arrows pointing inward Icon in the shape of the facebook logo with circle around it

La profession de counseling change rapidement. Présentement, seulement les provinces du Québec, de l’Ontatrio, et de la Nouvelle Écosse ont (ont auront bientôt) le pouvoir d’accréditer leurs conseillers et conseillères avec un titre réservé. Les autres provinces poursuivent également les processus nécessaires pour obtenir ces pouvoirs. Des mises à jour seront fournes sur le site Web de l’ACCP.

Au Canada, les provinces sont responsables pour l’accréditation, la certification, l’octroi de license, et l’inscription de leurs conseilleurs et conseillers. À l’instant, la plupart des provinces ne peuvent pas accréditer leurs membres avec un titre réservé. Cependant, les employeurs préfèrent que leurs conseillers et conseillères possèdent un titre réservé car cela démontre qu’ils dispensent des services professionnels, ont des compétences reconnues et perfectionnées, pratiquent dans un cadre déontologique avec des normes de pratique, et qui peuvent recevoir des interventions disciplinaires.

Le profil d’un conseiller

Le counseling est l’utilisation compétente et raisonnée d’une relation pour faciliter la connaissance de soi, l’acceptation et la croissance émotionnelle, et le développement optimal des ressources personnelles.  Le but général des conseillers est de donner l’occasion aux gens de travailler à vivre de façon plus satisfaisante et en utilisant davantage ses propres ressources. Les relations de counseling varient selon les besoins, mais elles peuvent avoir pour objet des problèmes de développement, la prise de conscience et la résolution de problèmes précis, la prise de décisions, le traitement d’une crise, le développement du discernement et de la connaissance de soi, la résolution de sentiments de conflits intérieurs ou l’amélioration des rapports avec autrui.

Il n’est pas possible de faire une distinction généralement acceptée entre le counseling et la psychothérapie. Si certaines traditions bien établies utilisent les termes de façon interchangeable, d’autres font une distinction entre eux. Les différences sont plus liées à la formation et aux intérêts du psychothérapeute ou du conseiller, et au milieu dans lequel il travaille, qu’à une différence intrinsèque dans les deux activités. Un psychothérapeute œuvrant dans un hôpital a plus de chance de travailler avec une clientèle ayant des  troubles psychologiques graves  plutôt qu’avec une clientèle ayant des problèmes pour lesquels on consulte généralement un conseiller.

En cabinet privé, cependant, un psychothérapeute a plus de chance de rencontrer des clients dont les problèmes  sont  moins sévères. De même, en cabinet privé, le travail d’un conseiller et celui d’un psychothérapeute se recoupent.

Cependant, les conseillers qui travaillent pour des organismes bénévoles ou en milieu scolaire, que ce soit dans une école ou un collège, se concentrent en général  davantage sur les problèmes courants et les difficultés de la vie quotidienne plutôt que sur les troubles psychologiques graves.  Notons que plusieurs d’entre eux ont les compétences nécessaires pour offrir un service thérapeutique qui serait appelé psychothérapie dans n’importe quel autre contexte.

De 2008 à 2010, le Group de travail sur le projet (GTP) pour la mobilité de la main-d’œuvre, fondé par RHDCC, fit une recherche sur la gamme de titres, définitions et champs d’application de la profession du counseling au Canada et à travers le monde. Basé sur cette recherche et un sondage pan-canadien des praticiens qui travaillent dans divers milieux tels que la pratique privée, écoles, universités, organismes et soins de santé, une définition du counseling et un champ d’application validé de la profession ont été établi.

Les résultats de la recherche avec des praticiens canadiens à travers le pays ont confirmé une compréhension que la « profession du counseling » est un terme générique étant inclusif de plus de 70 titres professionnels y compris ceux énumérés ci-dessous.

  • conseiller-thérapeute
  • psychothérapeute
  • thérapeute en santé mentale
  • conseiller/conseillère d’orientation
  • thérapeute conjugal et familial
  • conseiller en carrière
  • orienteur
  • orienteur professionnel
  • psychoéducateur
  • conseiller clinique
  • conseiller/conseillère
  • conseiller d’orientation professionnelle

En mai 2011, le conseil d’administration de l’ACCP a adoptée la résolution que l’ACCP adopte l’utilisation de l’énoncé validé à l’échelle nationale de la définition et du champ d’application des professions de counseling et de psychothérapie, tels que déterminés dans le sondage mené en 2010 auprès des conseillers et psychothérapeutes canadiens par le Groupe de travail issu du Projet de symposium national.

Définition du counseling : Le counseling est un processus relationnel se basant sur un usage éthique de compétences professionnelles spécifiques afin de faciliter le changement humain. Le counseling aborde le bien-être, les relations interpersonnelles, la croissance personnelle, le développement de carrière, la santé mentale, ainsi que la maladie et la détresse psychologiques. Le processus de counseling se caractérise par l’application de principes cognitifs, affectifs, expressifs, somatiques, spirituels, développementaux, comportementaux, d’apprentissage et systématiques reconnus.